Ultranuit : Le monde de la fête se paye une bouffée d’air frais

Après les soirées Rythm’n’girls ou celle du collectif Tu m’écoutes?, c’est au tour de la scène électro de faire son grand show avec ULTRANUIT le 16 avril, le fil rassemblant pour l’occasion une pluralité d’acteurs culturels emblématiques de la scène nocturne stéphanoise et au-delà. Au programme, pas moins de huit heures de lives et dj sets retransmis gratuitement en livestream, onze artistes répartis dans six lieux cultes de Saint Étienne : Le Clapier, l’atelier T2O, le Château du Rozier, le Disorder Club, le F2 et le fil. Que devient le monde de la fête en temps de COVID ? Un an après le début du premier confinement, on fait le point avec Victor Da Silva (T2O), Joshua Duplany (Poto Feu Events), Julien Haro (Disorder Club) et Romain Lepers (F2).
Cofondateur de T2O, association de scénographie et d’événements de musique électronique créée en 2016, Victor Da Silva raconte : « Tout un paquet de gens sont à cran par manque des relations créées par cette convivialité nocturne ». Julien Haro, cogérant du Disorder Club explique à son tour : « Tout le travail culturel qu’on fait est inhérent au fait d’avoir un lieu. Ne pas pouvoir l’exploiter a été un gros coup de massue. C’est un peu l’ascenseur émotionnel parce qu’on a cru le projet vraiment en péril. » Pour cause, le Disorder a ouvert ses portes en avril 2019 et commençait tout juste à trouver son rythme de croisière : « Ce qui nous manque, c’est l’essentiel, la pierre angulaire de notre travail : le contact humain ». Tous deux évoquent l’instabilité mentale et financière que la crise sanitaire a déclenchée, et comme le rappelle Victor Da Silva alors que T2O bouillonnait de projets, « on s’est vraiment fait couper l’herbe sous le pied, mais ça a eu le mérite de créer une cassure, une remise en question ».
Malgré de grosses difficultés, persistent une motivation sans faille et une nécessité de rester actifs et inventifs, comme le prouve Joshua Duplany, vice-président et chargé de programmation chez Poto Feu, structure associative de création et promotion d’événements depuis 2014 : « On a pris la décision de mettre à profit le temps pour se remettre d’aplomb administrativement et lancer un label. On a trouvé un distributeur, c’était un domaine qu’on ne connaissait pas du tout. » Un autre exemple d’initiative, celle-ci élaborée par le F2 : la création d’une webradio. « On réitère ce format associatif, précise Romain Lepers, fondateur de ce haut lieu festif. On veut vraiment développer ce savoir-faire stéphanois de musiques actuelles, urbaines et électro. » C’est d’ailleurs sur ses ondes que sera diffusée l’émission en partenariat avec ULTRANUIT, faisant l’état des lieux de la scène électro stéphanoise.
« ULTRANUIT est un regroupement, une bouffée d’air frais, poursuit Romain Lepers. Dans d’autres circonstances on ne se serait jamais réunis dans un espace commun pour pouvoir parler culture, c’est vraiment une nouveauté. La crise nous a réunis. » Se retrouver autour d’un même projet, pour montrer, comme le rappelle si bien Victor Da Silva, « qu’on existe toujours, qu’on est toujours là, toujours chauds. C’est important de remettre dans la tête des gens tous les lieux qu’ils adorent ». Et à Julien Haro de renchérir : « Cette soirée nous fait un bien fou. C’est une résistance culturelle : le cœur de la culture doit continuer à battre. »
Le cœur de la culture, mais aussi les nôtres, qui pulseront pendant ces dix heures sur les sons éclectiques et endiablés de Melotronic, Pr Young, Unouzbeck, Dromabear, Peter Bakh, Jesza, LCDJ, SHK, DJ Chuimix, MLHF, Unspent.
ULTRANUIT – faire vivre la scène électro stéphanoise.
Vendredi 16/04/2020 – 18h. Diffusion gratuite sur shotgun.live
Luna Baruta

Crédit photo : Etienne Simouneau

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Dernières news